Portrait d’entreprise : “Quand je suis arrivé à la ZAC, j’ai eu le coup de foudre”

Stéphane Peruch, le directeur général d’Ancotec, est un homme heureux : son entreprise ne connait pas la crise. Spécialisée dans les antennes, l’électricité, l’interphonie, le contrôle d’accès, la vidéo-surveillance et la domotique, elle est passée de deux salariés en 2000, à 18 en 2019. Première d’une longue série (en 2017) à venir s’installer dans la zone d’activités de la ZAC Charles-Renard, Ancotec ne regrette pas son choix. Son dirigeant a accepté de nous expliquer pourquoi.



Saint-Cyr Mag : Stéphane Peruch, vous avez créé votre entreprise à Saint-Cyr l’Ecole en 2000, pouvez-vous revenir sur son évolution en dix-neuf ans ?

Stéphane Peruch : « J’ai créé mon entreprise d’antenniste à Saint- Cyr, rue Gabriel-Péri, en 2000. A l’époque, nous n’étions que deux. Il y avait une apprentie secrétaire et moi-même. Au bout d’un an, nous

étions quatre. Après Gabriel-Péri, nous avons déménagé l’entreprise au 42, boulevard Henri-Barbusse, afin de disposer de plus de surface. Comme nous avons continué à nous développer, il a fallu plus de place, et c’est là qu’a germé l’idée d’un nouveau siège social pour l’entreprise. Aujourd’hui, nous disposons de 600 m2 de surface. »

SCM : Pourquoi avez-vous décidé de venir vous installer dans la ZAC Charles-Renard, précisément ?

S.P : « En réalité, les choses n’ont pas été si évidentes dès le départ. En 2009, j’ai envoyé trois courriers aux municipalités des communes avoisinantes. L’un à Fontenay-le-Fleury, un autre à Bois-d’Arcy, et un autre à Saint-Cyr-l’Ecole. Si je n’ai pas eu de réponse de Fontenay-le-Fleury, Bois-d’Arcy et Saint-Cyr-l’Ecole m’ont en revanche répondu. A l’époque, le maire-adjoint au développement économique de Saint-Cyr m’a fait mon- ter dans sa voiture, pour me montrer quelles étaient les parcelles disponibles pour mon projet. Quand je suis arrivé dans la ZAC Renard, qui était déserte à ce moment-là, j’ai eu un coup de foudre. En voyant le pro- jet qui allait sortir, je me suis dit qu’il fallait être là. Un sentiment renforcé par le projet de bretelle d’autoroute, et du Tram 13. »

SCM : Aujourd’hui, on compte sept entreprises installées dans la ZAC, vous avez été la première à vous installer. Avez- vous la sensation d’avoir été un pionnier ?

S.P :« C’est sûr, j’ai ouvert la voie à beaucoup de mes collègues, et j’ai essuyé les plâtres. Mais rien n’aurait pu se faire sans l’aide de la municipalité. Le Maire m’a beaucoup aidé à m’installer ici. Il voulait nous voir rester à Saint-Cyr-l’Ecole. Pourtant, au départ, ce n’était pas évident, Grand Paris aménagement, l’aménageur, avait un cahier des charges assez exigeant, mais ils ont su le faire évoluer en fonction de moi. De plus, nous avons eu quelques déboires avec les Architectes des bâtiments de France; nous avons dû revoir notre copie, et changer de parcelle pour nous implanter. Et puis, après la construction du bâtiment, nous avons eu des problèmes de raccordement au réseau d’électricité… Mais je n’ai aucun regret d’être venu. Cette zone va être superbe ! »

SCM : Le 22 janvier, vous avez accueilli dans vos locaux les entreprises de la ZAC Charles Renard, quel était l’objectif de cette première rencontre ?

S.P : « C’est une rencontre sur le modèle de la Fête des voisins, mais pour les entreprises. J’ai remarqué que certains employés des entre- prises de la ZAC se connaissaient, c’est pourquoi j’ai proposé aux chefs d’entreprises de la ZAC d’organiser cet événement dans mes locaux. D’une part, il s’agit de créer une synergie entre employés, mais aussi entre entreprises. Il y a dans la ZAC des activités qui peuvent se compléter. »

SCM : Comptez-vous recruter des salariés pour poursuivre votre développement ?

S.P : « Oui, notamment des techniciens et des dépanneurs antennistes, avec trois années d’expérience. Malheureusement, ils sont difficiles à trouver… Nous continuons à nous développer et nous ouvrons, cette année, un département domotique. »

Article publié le : 7 février 2019. Mis à jour le 7 février 2019 à 16 h 16 min