Conférence jeunesse – Risques et dérives du métier d’influenceur

Mardi 8 novembre, la Ville organise deux conférences sur la thématique des risques et dérives du métier d’influenceur au théâtre Gérard-Philipe, avec pour objectif de protéger les collégiens et lycéens de la commune.



Avec le développement des réseaux sociaux, certaines personnes ont suffisamment réussi à se faire connaître et apprécier par les internautes pour créer une communauté. Youtubeurs, blogueurs, instagrameurs ou encore tiktokeurs : ils sont appelés « influenceurs », du fait de l’influence qu’ils exercent sur les internautes qui les suivent, et notamment sur leurs décisions d’achat.

Argent facile, soleil, apparence de vie de rêve, etc. Cette perspective professionnelle possède un attrait certain pour beaucoup d’adolescents. Néanmoins, elle contient une part d’ombre qui n’est pas sans dangers pour d’apprentis influenceurs. C’est pourquoi la Ville, avec la bibliothèque Albert-Camus et le CyrAdo, organise deux conférences animées par Anaïs Szkopinski, maître de conférences en droit privé et sciences criminelles à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Se tenant le mardi 8 novembre au théâtre Gérard-Philipe, la première conférence se déroulera en matinée devant un public de collégiens, tandis que la seconde aura lieu à 14 heures pour les lycéens (celle-ci est de plus ouverte au public).

 

3 QUESTIONS À

Anaïs SZKOPINSKI
Maître de conférences en droit privé et sciences criminelles

 

Comment vont se dérouler les deux conférences du 8 novembre prochain ? Quels sujets spécifiques allez-vous aborder ?

Anaïs Szkopinski (A.S) : Afin d’en savoir plus sur les intérêts des collégiens et lycéens Saint-Cyriens, j’ai fait diffuser un questionnaire auprès d’eux. D’ores et déjà, je sais qu’un certain nombre d’entre eux souhaitent exercer le métier d’influenceur plus tard. Dans un premier temps, mon rôle lors de ces conférences sera par conséquent d’expliquer ce qu’implique le fait d’exercer cette activité. Les jeunes en ont une image idéalisée, ils s’imaginent souvent qu’il s’agit de gagner de l’argent à ne rien faire, sinon à partir en vacances. Or, contrairement aux idées reçues, cette profession demande beaucoup d’investissement. De même, je compter aussi les alerter sur les droits et obligations des influenceurs, ainsi que sur leur statut et leurs revenus. Dans une seconde partie, j’insisterai sur les points sur lesquels les jeunes doivent être vigilants en tant que spectateurs. Je leur présenterai également les indices à détecter pour repérer des escroqueries éventuelles, les moyens de s’en prémunir.

Quel est, selon vous, le principal danger auquel s’exposent les “followers” d’influenceurs ?

A.S : Il y a un sujet sur lequel je vais particulièrement mettre l’accent, c’est la question des commentaires laissés sous les vidéos d’influenceurs. Certains dépassent en effet assez souvent les limites. Je compte donc leur expliquer comment réagir face aux commentaires dénigrants ou violents. Il faut aussi qu’ils aient à l’esprit qu’un commentaire banal peut parfois entraîner un déferlement de réponses violentes. Enfin, j’ajouterai que les commentaires sont des traces que l’on laisse sur internet et les réseaux : ont-ils bien conscience de cela en tant que futurs adultes ?

Pour conclure, avez-vous des conseils pour les parents inquiets face au phénomène des influenceurs ?

A.S : Mon principal conseil aux parents est de discuter avec leurs enfants, de s’intéresser au sujet pour tenter de découvrir ce qui les intéressent dans les vidéos d’influenceurs. Il est important de vérifier lesquels d’entre eux les enfants suivent, d’être vigilants sur les pratiques, comme les défis dangereux, ou l’achat de produits douteux.

Article publié le : 31 octobre 2022.